Le Petit Cephalophore

dimanche, mars 19, 2017

Nos prêtres étudiants : que sont-ils devenus ?

Le père Abduel : J’ai quitté Saint-Denys l’été 2008 pour être envoyé dans la paroisse de Saint-Just-en-Chaussée (pendant deux ans), tandis que je continuais mes études en théologie morale à l’Institut catholique de Paris. Je suis retourné dans ma chère Haïti le 22 décembre 2010. Avant même mon arrivée, mon supérieur provincial m’avait demandé d’écrire l’histoire de la Congrégation de Sainte-Croix en Haïti. Je m’y mettais joyeusement. Quelques mois plus tard, il me nommait chef d’un établissement scolaire à Port-au-Prince*. J’accomplissais en même temps ces deux ministères. Malheureusement, confronté à de sérieux problèmes qui pouvaient conduire au drame, je n’ai pas pu aller au bout de mes missions. Depuis, je me vois comme Abraham : je suis passé du statut de sédentaire à celui de nomade. En février 2014, grâce à une paroissienne de Saint-Denys (à qui je redis merci), Mgr. Michel Dubost m’a accueilli dans le diocèse d’Évry. J’y suis resté deux ans. De là, j’ai atterri dans le diocèse de Moncton, Canada, où j’ai été nommé prêtre assistant (vicaire).
Quelques minutes avant de partager ces informations, je viens de lire un résultat relatif à ma santé. Ce n’est pas le meilleur. Je me confie à vos prières.
Un prêtre qui arrive à Saint-Denys, surtout s’il arrive d’une autre civilisation, doit y entrer sans préjugé pour se laisser instruire par le réel. En outre, il doit être généreux dans l’exercice de son ministère : prendre le temps de préparer ses célébrations, prendre le temps de parler aux gens, de les écouter ; aussi et surtout avoir l’esprit d’équipe (offrir une véritable collaboration au curé).
- Aux paroissiens, je pourrais dire : soyez toujours respectueux, car c’est votre force. Je vous ai trouvés très respectueux à mon égard, attentifs et fidèles à votre pratique de foi.
- Mon souvenir le plus marquant, c’est la fraternité et la solidarité du père Paul Quinson, qui m’a fait rencontrer tardivement le père Roger Tardy. Celui-ci à son tour m’a montré également ce qu’est la fraternité sacerdotale. Ce sont deux frères d'une grande bonté, de qui j’ai appris à donner sens à ma consécration. Je leur redis merci.

Saint-Denys m’a formé, Saint-Denys c’est ma communauté, même absent, j’y suis très attaché. Quelle belle communauté ! C’est là que je découvre comment des richesses énormes peuvent se déployer dans la simplicité, le désintéressement, la générosité et la prière. J’en veux pour preuve, les Journées d’Amitié. Merci à vous tous, je vous aime ! Je vous souhaite un très bon cheminement vers Pâques.
Père Aduel Joachin
* Ensemble scolaire Père Basile Moreau


Le père Amasio
Nous ne sommes pas parvenus malheureusement à entrer en contact avec le père Amasio, mais grâce à l’intercession de Google nous pouvons vous donner quelques nouvelles depuis les terres lointaines de Wallis et Futuna, en plein cœur du Pacifique. Le père Amasio, que nous avions eu la joie d’accueillir  en 2005, est désormais vicaire-général de ce diocèse de 15 000 âmes.
D’une activité débordante, il est délégué à la communication. Très engagé dans les œuvres pastorales et sociales, il a créé et anime une fondation et une association. C’est ainsi qu’après le passage du cyclone dévastateur Evan en 2012, l’association a reconstruit des dizaines de maisons. Certains Wallisiens le comparent à l’abbé Pierre. L’environnement est aussi au cœur des actions de l’association avec la plantation de 1 200 plants d’igname ; cette plante à tubercule utilisée en cultures vivrières dans les îles du Pacifique.

« Il faut provoquer la charité et fédérer la charité et la solidarité » souligne-t-il.

Retrouvez le père Amasio dans ces deux vidéos :

Philippe Th.

Le père André
Bonjour à tous et grand merci pour le message qui m'était adressé depuis longtemps, mais hélas je ne jouis pas d'une connexion internet à tout moment d'où je ne l'avais pas reçu. Mais par le secrétariat de la conférence épiscopal j'ai eu vent du message et j'ai tenté par une française Monique C. d'envoyer un mot rapide au père curé Roger TARDY.
Aujourd'hui grâce à la connexion de la direction diocésaine de l'enseignement catholique, j'ai réussi à me connecter. Considérant que votre numéro est déjà sorti je n'ai plus besoin de répondre aux questions.
Juste vous dire que je me porte assez bien, que je suis toujours le curé de la paroisse cathédrale Sainte-Anne de Dédougou et aumônier diocésain du renouveau charismatique. Ce qui m'occupe énormément. Mon diocèse est rural et ma paroisse très vaste 35 villages en plus de la ville.
J'adresse mes vœux les meilleurs à l'ensemble de la paroisse que je porte toujours dans mes pensées et mon cœur, en espérant que Dieu me donnera l'occasion d'y revenir faire un tour. Nous sommes en marche vers Pâques avec la préparation intensive des catéchumènes (200). Puisse l'Esprit Saint vous accompagner tous, que le carême se termine bien et que vous soyez tous comblés des fruits de la rédemption.
In Christo !
Père André KIETAGA                      

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard