Le Petit Cephalophore

dimanche, mars 08, 2015

Quand un membre du corps souffre : les chrétiens d'Irak. Témoignage de Narsay


Le 25 janvier dernier, Narsay Soleil, 29 ans, ancien séminariste de Saint-Denys, a été ordonné diacre en vue du sacerdoce, en communion avec ses frères d’Irak. C’était à Saint-Thomas-Apôtre, la paroisse de la communauté chaldéenne de Sarcelles (Val d’Oise). Composée de près de 18 000 personnes pour toute la France, cette communauté a vu arriver ces derniers mois de nouveaux réfugiés qui ont fui Bagdad ou Mossoul. La famille de Narsay vient, elle, d’un village du sud est de la Turquie, proche de la frontière irakienne. Son grand-père, un prêtre marié (comme le permet l’église catholique orientale), s’est installé en France en 1984. Une décision douloureuse pour éviter d’être pris en étau entre les kurdes musulmans et l’armée turque. « Les chrétiens partent vers l’Occident comme vers une Terre promise… », confie Narsay qui, lui, est né en France.

Envoyé l’été dernier en Irak par le séminaire de Paris pour apprendre la liturgie orientale, il y a vécu deux mois et demi intenses. Basé à Zakho, dans le Nord, il était logé à l’évêché où un prêtre le formait. Avec lui, il s’est déplacé dans les villages. Mais l’arrivée de l’Etat islamique a changé la donne. Narsay a vu tout à coup les habitants des villages chrétiens de la région de Mossoul affluer. « Tous ont été accueillis et l’intervention occidentale a bloqué la montée des jihadistes, mais la situation humanitaire était critique ». Chaque famille avait besoin d’un toit et de nourriture. « Il y avait, au nord, des villages chrétiens vides – dont les habitants avaient émigré – les réfugiés s’y sont installés mais cela n’a pas suffi ». Certains d’entre eux étaient logés dans les salles de l’évêché. Narsay a participé à l’aide humanitaire en préparant de petits sacs de riz à distribuer aux familles. Sa présence réconfortait les réfugiés qui savaient que lui pouvait être ailleurs s’il le voulait. Aujourd’hui l’Etat islamique recule, se réjouit le séminariste, « quand il sera anéanti, les chrétiens pourront rentrer chez eux ».
« Je suis forcément lié à l’Irak, conclut le jeune homme, j’aimerais y retourner. Que peut-on faire d’ici ? » 
Sylvie H.                                                               

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard