Le Petit Cephalophore

mardi, novembre 18, 2014

Lettre de Jacques G., suite à la remise de sa médaille du mérite diocésain






"Voici le peuple immense de ceux qui te cherchent"
Cette phrase du psaume 23 de la messe de la Toussaint, j'en ai eu la vision très vraie et totale, chères sœurs et chers frères de Saint-Denys en ce 1er novembre 2014, et vous composiez ce peuple, je m'explique.
Le Père Tardy m'a fait la joie de venir me retrouver dans l'humble maison du Finistère où le Seigneur m'a conduit pour me rapprocher de l'abbaye de mes plus belles retraites, à 50km à peine de Plonevez. Il était également porteur d'un message de l'évêque de Paris m'accordant un honneur qui surpasse les mérites de celui qui n'a été, parmi vous, qu'un petit ouvrier du Maître qui lui avait murmuré au creux de l'oreille, précisément à Landevennec, de lui consacrer le temps de sa retraite active.

Et c'est vous, frères et sœurs de St-Denys rajeunis par l'arrivée des séminaristes, qui, par la chaleur de votre affection et la spontanéité de votre générosité, m'avez conduit à lui crier "Me voiçi", du plus fort de mon cœur. Et j'ai été comblé au centuple.

Ainsi donc le Père Tardy, venu de Paris avec Dominique et Philippe Th., accompagnés de Claire L., auxquels s'étaient joints, en proches voisins, Viviane et Frank A, m'ayant remis la médaille, a célébré la messe dans mon petit salon qui a pris des allures de cathédrale qui pouvait contenir tous ceux qui ont œuvré hier, et vous qui travaillez encore pour que le Royaume de Dieu puisse grandir...

Et Dieu n'agit jamais sans vous faire un signe : nous étions "7", chiffre de la plénitude biblique... à preuve que personne ne manquait !
Merci donc pour tous les mots que votre indulgente affection a pu trouver pour moi.
Mais ce que je veux vous dire, c'est que cette médaille vous appartient : "chacun en sa part l'a toute entière..." aurait dit Hugo.

... car enfin, nous savons bien, vous et moi, qu'une hirondelle ne fait pas le printemps, qu'un arbre ne fait pas une forêt et qu'une pierre ne fait pas un édifice. Mais le printemps éclate quand le ciel s'emplit de tous les chants amoureux des oiseaux, que la forêt n'est dense que parée de toutes les essences diverses et qu'une église est riche de toutes les pierres de nature différente qui la composent, soutenues par la Pierre Angulaire.

Alors oui, cet honneur qui m'est fait vous revient de plein droit : l'honneur que Dieu fait à un membre de sa famille rejaillit sur la famille entière ; et dans la famille de Dieu, on n'est pas riche de ce qu'on possède mais de ce qu'on partage. C'est pourquoi, lorsque Dieu me rappellera, cette médaille retournera à Saint-Denys, encadrée avec ces trois mots "Pro Dei Gloria". Ce sera le témoignage de la communion profonde entre nous, à Saint-Denys, et un moyen, j'espère, de prolonger la flamme sainte.

En vous embrassant, je vous redis les mots que st Théophane Vénard écrivait la veille de son martyre, à son frère Eusèbe : "Que la prudence soit votre gouvernail, l'humilité votre lest, Dieu vous bénisse et vous ancre d'espérance".
Jacques

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard