Le Petit Cephalophore

dimanche, octobre 05, 2014

La rentrée des séminaristes 2014-2015


Question aux anciens : «Es-tu le même ou as-tu changé depuis l’an dernier ?»

Martin : « Non, je ne suis pas le même, forcément. L’année a été assez éprouvante (au sens propre). Il y a eu beaucoup de nouveautés, comme le chant, et beaucoup de fronts à gérer en même temps : paroisse, études, vie de prière, vie en communauté avec la découverte des frères et du fonctionnement de la Maison. Cette année, je peux m’appuyer sur les paroissiens que j’ai rencontrés (au KT notamment) et sur les enfants. Et puis, on a changé de statut, on n’est plus les « petits nouveaux ». Je suis « chez moi », du coup, c’est plus facile. C’est cet été, lors de ma retraite (car l’an dernier tout était trop rapide), que j’ai compris clairement (en lisant le commentaire d’Augustin sur la première lettre de saint Jean) que le seul moyen de lier ensemble tous ces domaines différents, c’était l’amour. Face à tous ces combats, à l’accumulation des petites contrariétés qui énervent, c’est l’amour qui sauve. Ce que je fais cette année ? Cool ! Le KT CM2 et les visites aux malades. Et je suis heureux d'accueillir les nouveaux !»

Camille : « Le même, oui, mais pas tout à fait ! Ce qui demeure, c’est mon désir de servir le Christ, là où je suis. Ce qui a changé, c’est l’arrivée des nouveaux frères. J’en suis heureux, car voir des jeunes qui sortent d’une année de discernement, cela me replonge dans mon histoire tout en me donnant une hauteur de vue que je n’avais pas avant. Quant à moi, j’ai changé dans ma connaissance de la paroisse et de son fonctionnement. Elle est portée par les fidèles. Ma vocation aussi est portée par l’attention, la prière des paroissiens. Du coup,  elle se déploie car je ne suis plus seul à la porter ! Mes relations aux autres aussi ont changé. L’an dernier, on est arrivé comme ça d’un coup, on était immergé dans une vie paroissiale qui nous précédait : j’ai dû plonger dans le bain ! Et j’ai vécu de belles choses, en particulier au KT ou au camp scout cet été. Cette année, je ferai le KT CM2 et serai un des chefs des Eclaireurs. Un conseil aux nouveaux ? Oui : ne pas s’économiser ! »


Question aux nouveaux : « Pouvez-vous vous présenter et nous dire pourquoi vous voici ici, à Saint-Denys ? »
Sébastien : « J’ai 38 ans, mes parents sont retraités (père fonctionnaire et mère aide à domicile), je suis l’aîné d’une sœur (prof. de français) et d’un frère (capitaine fluvial sur le Rhône). J’ai fait des études de maths et de physique à Lyon, un Master 2 de physico-chimie moléculaire à Orsay puis ma thèse de doctorat au CEA de Saclay sur les « interactions entre le rayonnement et la matière ». En 2005, j'ai été nommé Maître de Conférences à l’Université Paris-Sud et je le suis resté jusqu’en septembre 2013, jusqu'à la veille du jour où je suis entré au séminaire. Avant de partir, je suis allé voir mes collègues, pour leur expliquer. Ils ont été un peu surpris, un peu envieux (« toi, tu oses tout quitter ! ») et…. chacun m’a raconté sa spiritualité ! Les gens ont besoin d’en parler, même s’ils ne croient pas en Dieu. Dans ma famille, ça a été un peu plus difficile, car je suis d’une famille non-pratiquante. Ils me disaient : « Mais qu’est-ce qui t’est arrivé ? ». En fait, la première personne qui m’a parlé de Dieu, c’est ma grand-tante. J’étais tout petit. Et depuis j’ai toujours aimé Dieu, j’ai toujours senti un appel. Toute ma vie, ça a été un combat spirituel entre Dieu et moi : « Non, je ne veux pas que tu m’appelles ! », ai-je dit pendant trente ans. Dans ce combat, j’ai perdu. En février 2012, j’ai senti un appel très fort et j’ai dit « oui ». Résultat : tout est remis en question ! Je ne sais plus où je vais, mais j’y vais. Et avec enthousiasme. Cette année, je serai chargé du KT CE2 et du Groupe biblique. »

Stéphane : « J’ai 24 ans, mes parents sont retraités (père dans le tourisme et mère dans le commerce médical). J’ai un frère de 35 ans artisan ferronnier et une sœur décédée à 30 ans. Je suis né à l’île Maurice, que j’ai quittée à 18 ans pour faire mes études d’architecture à Paris. Oui, c’était la joie ! Je partais avec des amis de promo., de la famille ; je découvrais Paris, que je connaissais peu… J’ai fait cinq ans d’études à la Villette et, en 2013, j’ai soutenu mon mémoire de fin d’études sur « la restauration de Saint-Germain-des-Près ». J’y étais paroissien ! et membre d’Even. C’est ainsi que j’ai lu l’évangile de Marc. J’ai été ébloui. Je suis rentré chez moi en me disant : « C’est énorme ! Il faut que j’en parle ! » Mais c’est aux JMJ 2011 que la question de la vocation a surgi. Une amie m’a demandé : « Tu n’as jamais songé à entrer au séminaire ? ». Je n’ai pas répondu. J’ai réalisé que cette question était en moi depuis toujours. Je ne pouvais dire « non » car le « oui » était tout au fond de mon cœur. Je n’y avais seulement pas réfléchi. Fin 2011, j’ai dit « oui » à Dieu, mais j’ai dû achever mes études. Cette année, je serai à Sainte-Geneviève. J’ai été très touché de l’accueil chaleureux de la paroisse que je me réjouis de découvrir. »
Propos recueillis par Dominique Th.


Simon : 28 ans, un frère aîné et deuxième-né de triplés !, songe aux trois expériences spirituelles qui l’ont ramené à chaque fois sur le chemin de conversion. « Il n’y a pas de vocation sans conversion. La première fois, cela s’est produit dans la chapelle du collège. J’avais 12 ans. En un instant j’avais acquis la certitude de l’existence de Dieu. Cette évidence m’a poussé à devenir servant de messe... La deuxième fois, c’était au cours de ma première année de droit, en 2005, au moment de l’élection de Benoît XVI. C’est là que j’ai pensé à devenir prêtre. Mais j’ai finalement décidé de poursuivre mes études, que j’ai achevées en 2011. Une fois diplômé, je suis parti aux Pays-Bas pour travailler dans le domaine de l’analyse financière et de la gestion des risques, puis je suis rentré à Paris. C’est au moment où je m’apprêtais à signer un nouveau contrat que j’ai appris le retrait de Benoît XVI. Et voilà qu’est revenue cette expérience intérieure qui m’avait toujours laissé libre. La troisième fois, l’étincelle a pris et je me suis rendu au bureau des vocations... »  
Propos recueillis par Katarina K. 

Amaury, 28 ans. Parisien de toujours et de cœur, d’une famille catholique pratiquante, Amaury a un master de banque et finance. La démarche qui le conduit vers le séminaire mûrit progressivement, jalonnée par trois moments clé qu’il se remémore aujourd’hui avec précision : l’accompagnement d’une retraite pour des confirmands, l’appel à tout quitter pour suivre Jésus lancé par Benoit XVI lors de sa visite à Paris le 13 septembre 2008, et enfin un pèlerinage étudiant en Terre Sainte. Au long du parcours, deux évidences : l’envie de transmettre et de se mettre au service du diocèse de Paris qui lui a tant donné...
A la maison Saint-Denys la vie communautaire, rythmée par les temps de prière, va bien au delà de la coloc.

Thinh, 25 ans. D’une famille vietnamienne très pratiquante, Thinh part seul vers la France à 18 ans pour des études d’informatique... Mais Dieu a prévu des virages : Thérèse de Lisieux, sa spiritualité, la lecture de ses œuvres et la joie de redécouvrir l’Eglise grâce à l’aumônerie des étudiants orientent d’abord Thinh vers le Carmel à l’issue de ses études. Puis l’arrivée du Pape François, et plus précisément l’homélie de sa première messe, lui propose la mission plus précise de se mettre au service de la transmission. Se lancer dans de nouvelles études qui, à la différence de celles de la fac, engagent toute la personne est pour lui « un vrai bonheur ». L’attention portée par les paroissiens aux séminaristes aussi.

Paul, 25 ans. A 150 km au Nord d’Hanoï, dernier d’une famille de 6 enfants, catholique depuis 5 générations, Paul est engagé dans la chorale et le service de la messe. L’image d’un prêtre de sa paroisse en prière, puis son soutien qui oriente Paul vers le séminaire. Malgré l’inquiétude de son père, qui connaît l’exigence du sacerdoce, et le conseil de poursuivre ses études donné par sa mère, Paul entre au séminaire soutenu par sa famille après avoir pris le temps de discerner. Après deux années de formation dans la jeune Eglise du Vietnam, son évêque demande à Paul de venir terminer sa formation à Paris... Pas facile de partir si loin, le Vietnam lui manque parfois... Mais la joie d’obéir et celle de la découverte sont réelles.

Christophe, 23 ans. Une succession d’appels qui rendent heureux. Une jeunesse dans le 17ème arrondissement, entre Saint-François de Sales et le cours Sainte-Ursule. Ce sont les lieux des appels. Celui d’une religieuse, prof de SVT qui demande à Christophe, alors lycéen, de participer à l’animation de la Pastorale des 5ème ... Première expérience de la joie de transmettre. Puis, lors d’un week-end scout, la question d’un aumônier : « Et pourquoi pas toi ? ». « La joie d’entendre la question résonne encore dans ma tête ». La réponse, elle, s’affine dans un groupe de lecture biblique et d’animation de célébrations, lieux de la rencontre personnelle avec Dieu et de l’intimité avec la Parole, qui ont préparé l’entrée au séminaire après cinq années d’études informatiques…
Propos recueillis par Stéphane L., qui ajoute : 


"J'ai eu beaucoup de plaisir, d'émotion à causer avec ces quatre jeunes gens et trop peu de mots pour retranscrire :
- l'émotion de Paul quand il avoue que, oui, le Vietnam lui manque de temps en temps...
- les paroles de Thinh, pourtant d'une famille très croyante, qui dit la crainte des siens lors de son entrée au Carmel et leur soulagement leur de son entrée au séminaire.
- le regard de Christophe sur notre communauté par rapport à celle de Saint-François-de-Sales : "S’il y a moins de monde qu’à Saint-François- de-Sales, il n’y a pour autant pas moins de présence de Dieu."
- l'humilité d'Amaury lorsqu'il dit sa confiance en l'Eglise, son idée de ce que la pastorale évolue et évoluera encore et que son envie, c'est de se mettre au service de cette pastorale.
- l'envie de Christophe de transmettre aussi l'amour que se portent ses parents.
- la manière dont Thinh parle de sa solitude lors de ses premières années en France".

                                                                                                          


0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard