Le Petit Cephalophore

jeudi, juillet 17, 2014

Appel à soutien pour l'installation d'une nouvelle statue de la Vierge rue de Turenne

APPEL À SOUTIEN
POUR LA CRÉATION D’UNE NOUVELLE STATUE
DE LA VIERGE À L’ENFANT AU 58 RUE DE TURENNE

Chers voisins,
Vous avez sûrement remarqué la disparition, depuis l’été 2011, d’une des plus illustres habitantes de la rue de Turenne... : la Vierge à l’Enfant du 58 à l’angle de la rue Villehardouin !
C’est pourquoi des riverains, des amateurs d’art, des paroissiens de Saint-Denys et des habitants du 58, se sont réunis en Collectif afin de faire réaliser une copie plus solide et la réinsérer dans sa niche.
Si cette disparition vous touche,
si vous êtes en faveur de la restauration du patrimoine exceptionnel de notre quartier,
si vous souhaitez prendre part à cette belle entreprise de restauration
ou si vous soutenez simplement notre action,
venez en apprendre plus sur l’histoire de cette Vierge, photographies à l’appui, et sur notre projet de nouvelle statue.

Le Collectif : Katarina K., Marc L., père Roger Tardy, Anne-Sophie M., Joséphine de V., Charlotte, Jean-Baptiste B. et Marie-Christine D.
Contactez-nous sur collectifpourlastatue@gmail.com

----------------------------------
La niche vide à l’angle de l’immeuble du 58 rue de Turenne nous interpelle,  car nous l’avons connue habitée par une statue de la Vierge à L’Enfant, copie en plâtre du XIXe bien réussie d’un modèle plus ancien, datant peut-être du XVIIe siècle. Où donc se trouve notre statue depuis sa dépose pour restauration en 2011 ? Toujours dans l’atelier de la restauratrice, Maylis de Gorostarzu. Grâce à  son intervention, vu l’état de dégradation avancée dans lequel était la statue, notre belle Dame a en effet retrouvé sa fraîcheur. Cependant, Serge Pitiot, conservateur général des Monuments Historiques s’est opposé à sa réinstallation dans la niche. « Il serait irresponsable de continuer à lui faire subir les ruissellements, les chocs thermiques et la pollution », avait-il affirmé. Aussi Notre-Dame de la rue de Turenne, notre noble voisine, que beaucoup parmi nous réclament avec persévérance, attend patiemment dans l’atelier.
Depuis 1999, des voix se sont élevées pour réclamer sa restauration. Cependant une solution ne semblait pas se profiler rapidement. Notre statue, inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historique répertoriés, appartient à la copropriété de l’immeuble. A partir de 2003, le Syndic de l’immeuble a accepté d’informer les « Amis de la statue » des moments clefs d’avancement du projet de sa restauration. Parmi trois devis, celui de Maylis de Gorostarzu avait été alors retenu, mais des années devaient s’écouler encore avant de permettre à entrevoir sa mise en œuvre.
C’est en 2003 qu’une paroissienne de Saint-Denys nous a envoyé un premier don de 20 euros. La même année, une gardienne d’immeuble avait ramassé la couronne de l’Enfant tombée et brisée en trois morceaux. Ne sachant qu’en faire, elle l’avait porté à la Mairie du 3ème. En décembre 2003 enfin, le Parisien publiait un article sous le titre : « Réconciliation du Conseil autour d’une Vierge ». Il exposait comment le Dr Claudine Blanchet-Bardon, conseiller municipal d’opposition du 3ème arr., avait réussi de faire voter à l’unanimité une subvention en faveur de la statue. Aussi, en janvier 2004, il semblait que tout allait se dénouer. Paris Notre-Dame avait relayé cet espoir, exprimé dans le Petit Céphalophore (n° 19 et 20), et publié une interview sous le titre « Une paroissienne au secours d’une Vierge ». Mais, une nouvelle fois, un facteur ralentissant n’allait pas tarder à se manifester : Caroline Piel, conservateur général des Monuments Historiques, demande que cette restauration soit effectuée lors du ravalement de la façade de l’immeuble, à une date non décidée… Quatre années plus tard, en 2008, une copropriétaire de l’immeuble nous annonce la nouvelle tant attendue : le ravalement de la façade de l’immeuble aurait lieu en … 2009 !

Finalement, c’est en 2011 que notre statue est descendue de sa niche pour se rendre à l’atelier. Elle y a perdu sa couronne (ajout du XIXe siècle ne correspondant pas à l’original) et nous a révélé qu’elle est en plâtre. Maylis de Gorostarzu y trouve quelques traces qui témoignent de l’empreinte probable d’une statue d’origine perdue… 
Katarina K. 

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard