Le Petit Cephalophore

lundi, février 24, 2014

Synthèse du questionnaire /synode sur la Famille

Comme beaucoup de paroisses, nous avons été sollicités pour répondre au  questionnaire proposé par le pape en vue du synode sur la Famille fin 2014.-
Composé d’une quarantaine de questions, il était adressé aux évêques.
Nous sommes une petite vingtaine de paroissiens à avoir donc planché sur une vingtaine de questions regroupées en 8 thèmes. 
Voici la synthèse de notre contribution : elle permettra à notre paroisse d’en tirer des enseignements partiels, de susciter aussi échanges et réflexion, de stimuler des vocations «apostoliques».

Thème 1 : Connaissance réelle des enseignements de l’église-
Beaucoup de sources existent, sont accessibles- le niveau  de connaissances est surement très hétérogène-
Ce sont les grands textes (Gaudium et spes, Familiaris consortio et autres documents du magistère conciliaire), qui semblent le plus poser problème car jugés trop abstraits, théoriques (quand ils sont connus)- la Bible est finalement plus connue que les textes du magistère.
On cite les thèmes qui font débat : la régulation des naissances, l’avortement, l’interdiction de la communion, le cas des divorcés remariés, l’exclusion de certaines catégories de personnes, la vie en couple avant le mariage, le contrôle des naissances, l’avortement.
Le niveau trop abstrait, loin de la « vraie vie »  l’emporte sur l’intelligence des cœurs. Il y a décalage entre vie réelle et doctrine de l’église-
Si le message est souvent compris, sa mise en œuvre est difficile. Les occasions de se former sont  très inégales : les média chrétiens, les grands événements (débat mariage pour tous), les préparations au mariage, etc. Le message est trop souvent jugé moralisateur et infantilisant,  pas assez empreint d’humanité, de charité.

Thème 2 : Le mariage selon la loi naturelle
La notion de loi naturelle (trop détachée du vécu concret) est peu connue en particulier chez les jeunes (chez qui la valeur de la tolérance prime tout)- Elle  se heurte aux  progrès de la science pour « dominer »  la nature, à l’évolution de la société (montée en puissance de l’indifférence religieuse, accent sur l’individualisme exacerbé, évolution sociétale initiée par l’Etat)- L’église est inaudible (à première vue)- ne met pas assez en avant la richesse des valeurs humaines, .
« La loi naturelle est celle du bon vouloir de chacun dans sa liberté » dites vous !.
Les préparations au mariage sont pourtant  une occasion de redécouvrir le message de l’Eglise- Vous suggérez aussi  qu’il faudrait redynamiser la catéchèse, mieux former les prêtres pour répondre aux interrogations dans un langage  plus accessible.

Thème 3 : Pastorale de la famille dans le contexte de l’évangélisation-
Parcours de catéchisme, préparation au mariage, effort de témoignage des parents, des grands parents, voila par quoi passe l’évangélisation en famille.-  Vous vous interrogez sur la manière de renforcer la transmission dans un monde en évolution : famille éclatée, influence grandissante des « indifférents », respect des choix individuels.

Thème 4 : Pastorale pour affronter les situations matrimoniales difficiles (cohabitation jeunes couples avant mariage et divorcés/remariés)-
En ce qui concerne la cohabitation des jeunes couples avant le mariage, l’Eglise est en grande partie inaudible- vous notez l’écart entre la vie réelle  et l’enseignement de l’Eglise – Vivre ensemble n’est-il pas un moyen de mieux se connaître avant de s’engager, quitte à essuyer un échec? Que peut apporter l’Eglise dans le cheminement du discernement?
C’est surtout la situation des divorcés remariés (et non des séparés) qui vous pose  problème.
Les situations sont très diverses : avec enfants, sans enfants, subies, provoquées etc… Le nombre de divorces est considérable et « fabrique » des exclus (des sacrements)-
Vous êtes d’accord pour dire que l’église doit accueillir, consoler, soutenir (ce qui est fait dans une large mesure) mais pas exclure ni condamner. La privation des sacrements, en particulier réconciliation et eucharistie est difficile à comprendre, en contradiction avec l’évangile, les paroles du Christ relayées à la messe.
Une réflexion profonde dans l’église devrait être menée pour assouplir sa position, retravailler la théologie du mariage (et le cas échéant, la procédure en nullité) réinventer un chemin de réconciliation, être moins dans l’observance de règles et plus dans l’amour et la confiance-

Thème 5 : Accueil des unions entre personnes de même sexe
Les débats de société suite à la loi Taubira ont blessé beaucoup de personnes- l’Eglise est parfois allée un peu trop loin dans ses prises de position – Vous faites part de votre souffrance en face de discours agressifs, hostiles.
On attend de notre église une qualité d’accueil, un respect  mais pas d’exclusion ni de condamnation, encore moins de discrimination blessante. Il y a un consensus de part et d’autre pour ne pas remettre en cause le mariage chrétien (union d’un homme et d’une femme) même si la société civile évolue sur ce plan-
Accueillir avec délicatesse et respect  les enfants issus de couples de même sexe,  leur donner accès a une éducation religieuse, ne doit pas poser de problème-

Thème 6 – Education des enfants nés au sein de  « mariage irréguliers »
Au minimum leur donner accès aux sacrements et à la catéchèse-, dites-vous- et toujours demande d’être accueilli, respecté-

Thème 7 : Ouverture des époux à la vie-
Su ce sujet,  beaucoup d’incompréhension entre l’enseignement de l’Eglise et la vie réelle-
La doctrine de l’église en matière de contraception est largement critiquée. Elle est trop centrée sur une doctrine morale- Les méthodes dites naturelles sont largement ignorées.
Du coup la contraception (qui vaut mieux que l’IVG , dites vous) et l’IVG sont banalisées ou en voie de l’être- Chacun bricole dans son coin.
On insiste sur l’éducation, sur l’information concernant le sens des sacrements (en particulier Réconciliation et Eucharistie) par rapport à ses options de vie – et aussi sur la valorisation de la famille, de l’accueil des enfants. Vous soulignez la nécessité de rappeler que la vie est un don de Dieu, qu’on devrait mieux aider les couples -quand c’est nécessaire-  à assumer matériellement l’arrivée d’enfants.

Thème 8 : Crise de foi et vie familiale-
Vaste question ! si la foi ne se partage pas, ne se transmet pas (du moins directement), peut on (et comment) faire comprendre que la foi est une force pour traverser les difficultés, que la foi fait vivre, met sur un chemin de bonheur et de joie de vivre ?
Catherine G.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard