Le Petit Cephalophore

mercredi, février 01, 2012

Février 2012. L'éditorial du père Quinson

Autrefois appelé « extrême onction » le sacrement des malades a progressivement été pris dans le sillage du « viatique », l’ultime communion eucharistique pour les personnes agonisantes. Dans le souci d’accompagner ces personnes jusqu’au bout il arrivait que l’un et l’autre sacrement soient administrés à des personnes inconscientes, voire déjà décédées. Or, comme le précise le droit de l’Eglise, le viatique doit être donné quand elles « ont encore le plein usage de leurs facultés ». Cette compression sacramentelle in extremis trouvait sans doute sa légitimité dans une double attitude : un mouvement de charité qui poussait à « tout donner » aux agonisants et l’angoisse de mourir sans le secours des sacrements par crainte du jugement de Dieu.

La réforme liturgique suscitée par le concile Vatican II a voulu renouveler la pastorale sacramentelle en rappelant que c’est le désir de vivre de la grâce du baptême qui fonde la réception des sacrements et non la crainte de la mort et du jugement de Dieu. Par le baptême nous recevons la vie et l’amour de Dieu. Il s’agit de les accueillir par la foi et d’en vivre autant que nous pouvons. Les sacrements sont là pour nous y aider :
- le baptême nous fait naître à la vie de Dieu ;
- la confirmation nous donne l’Esprit en plénitude ;
- l’eucharistie nous nourrit du mystère pascal du Christ ;
- le mariage scelle dans l’amour du Christ-Époux l’union de l’homme et de la femme et les rend capables de témoigner de la fidélité de l’amour de Dieu ;
- par le sacrement de l’ordre, les ministres ordonnés deviennent le signe sacramentel du Christ dans l’Église et sont envoyés pour être les serviteurs de l’Évangile ;
- la confession nous plonge dans la miséricorde de Dieu et nous libère du péché ;
- le sacrement des malades – qui peut être reçu plusieurs fois au cours de sa vie – est offert pour affronter une épreuve de santé qui menace sérieusement la vie (maladie, vieillesse, opération grave, profonde dépression).

Par ce sacrement, le Christ veut nous consoler : il est la tendresse de Dieu pour notre chair souffrante. Ne laissez pas passer le moment favorable !

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard