Le Petit Cephalophore

mardi, juin 01, 2010

Bilan des Journées Nomades

Le Petit Céphalophore a interviewé le père Patrick Sempère, au soir de ces deux journées Nomades, pour lui demander « à chaud » quel bilan et quelles perspectives il tire de cette deuxième expérience.

Nomades, c’est un peu « aller vers ceux qui ne demandent rien », en partant de l’intuition que « ce n’est pas parce que les gens ne demandent rien qu’ils n’attendent rien ! » Certes, l’esprit de l’opération n’est pas celui d’un « temps d’évangélisation de rue », avec des actions comme celles qu’entreprennent les communautés de l’Emmanuel. Mais la foi ne va pas à l’encontre de la culture : « au Moyen-âge déjà la foi se transmettait par l’art, qu’il soit vitrail, musique sacrée ou cathédrale ». 
L’esprit de Nomades dans notre paroisse, c’est « un accueil qui soit proposition ». Un équilibre délicat entre une manifestation culturelle et, simultanément, une ouverture vers d’autres propositions, jusqu’à la découverte de la richesse et la profondeur de l’Eucharistie.
L’élu Patrick Badard et Linda Bryman, chargée de Mission Culture, en nous rendant visite ce week-end, ont salué l’ampleur et la diversité de notre programme, de même que l’engagement fort des paroissiens : du blues-rock de Greg Zlap aux sculptures de Bernard Citroën, des mobiles de Jacques Jarrige aux visites commentées de l’église, des accents espagnols de l’ensemble Passacaille à la peinture de Marie Sallantin, du jazz manouche de Lemmy Constantine… aux hot-dogs et authentiques bières pression ! Mais Nomades, c’était aussi la chapelle du Saint-Sacrement, illuminée de bougies aux flammes dansantes, où se sont relayés passants et paroissiens en prière ; c’était encore la présence active  des séminaristes aux cotés des nombreux volontaires, qui ont tenu la buvette, servi nos visiteurs et animé le parvis.
Nomades c’était enfin des conversations, comme « semées », avec les passants attablés. Toujours cette hospitalité « qui soit proposition, une proposition qui suscite la question et le désir de l’autre d’aller plus loin, plus loin que le simple témoignage que nous offrons. Il nous faut prendre le temps d’amener nos visiteurs d’un jour à revenir et cheminer vers Dieu, à partir de ce qu’ils vivent, de leurs attentes et de notre accueil. »
Retenons l’invitation et n’attendons pas Nomades 2011 pour partager à nouveau notre joie de vivre en Eglise: à Saint-Denys, les occasions ne manquent pas !
Propos recueillis par Philippe Th.                    

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard