Le Petit Cephalophore

dimanche, mai 02, 2010

Le Petit Céphalophore en visite à Radio Notre-Dame : une radio missionnaire.


A l'invitation de Radio Notre-Dame désireuse de resserrer ses relations avec l'ensemble des médias des paroisses parisiennes, voici que le Petit Céphalophore se lance dans le reportage ! Accueillis très aimablement par Michèle Lecuyer, une bénévole qui au hasard d'un pèlerinage en Terre Sainte avec le Père Guéguen (!) s'est laissée entraîner dans cette aventure (comme d'ailleurs une cinquantaine d'autres bénévoles qui viennent renforcer les 35 salariés professionnels de la radio), nous allons ce soir découvrir et vous faire découvrir le monde de la radio, et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit de LA radio catho de Paris et sa région, radio Notre-Dame, sur 100.7 Mhz, et ceci depuis 1981 (...bientôt 30 ans et une grande fête anniversaire souhaitons-le).
Nous découvrons tout d'abord un petit local, dans le XVème arrondissement, avec ses baies vitrées qui donnent directement sur la rue. 20h45, les émissions de la soirée ont démarré. C'est que Radio Notre-Dame émet 24h sur 24 et 7 jours sur 7 (hormis le créneau horaire du déjeûner utilisé par Fréquence Protestante), alternant bien sûr émissions en direct et émissions enregistrées.


En 1981, lorsque le cardinal Jean-Marie Lustiger a l'intuition de cette radio, c'est l'explosion des nouvelles radios sur la bande FM qui vient d'être libéralisée. Aujourd'hui Radio Notre-Dame, avec plus de 126.000 auditeurs quotidiens (source enquête Médiamétrie janvier 2008), c'est probablement la plus importante radio associative de France... et ceci d'autant plus que Radio Notre-Dame n'a pas oublié que l'étymologie grecque du mot catholique nous renvoie à l'universalité... c'est probablement pourquoi l'équipe de Radio Notre-Dame a créé en 1996 la COFRAC (communauté chrétienne des radios catholiques) et RCF (radios chrétiennes de France) qui constituent une sorte d'espace de partage - via satellite - des émissions produites, au-delà des frontières géographiques et techniques, ceci en partenariat avec 13 autres radios françaises et 49 radios francophones à l'étranger. Et puis si cela ne suffisait pas... vous pouvez aussi écouter en direct ou réécouter les programmes podcastés directement sur le Net !  Pas modernes les cathos ? Tu parles !

Comment c'est une radio la nuit ?  C'est tout d'abord la tour de contrôle, avec le royaume de Mathieu, le régisseur, qui derrière ses écrans et claviers assure la "mise en ondes" et transmet à la Tour Eiffel les émissions en direct. C'est lui aussi qui occasionnellement accueille les appels des auditeurs qui viennent dialoguer avec les invités reçus dans les émissions. Ce soir dans Génération, l'émission quotidienne animée par Marco et destinée aux 15-25 ans à qui la parole est donnée par téléphone, SMS et internet, débat autour d'un sujet plutôt ardu "Existe-t-il des actes purement désintéressés ?"


Un peu plus tard le Père Patrice Gourrier, de Poitiers, auteur notamment de "Curé qui es-tu ? Plaidoyer pour un nouveau visage du prêtre" est reçu dans l'émission de Chantal Bally "Ecoute dans la nuit". Il y parle du sacerdoce, de la Foi, mais aussi de sa révolte devant l'inutile et infamant dessin de Plantu.
Et dans les couloirs de la radio, quelques visiteurs écoutent l'émission en direct que des hauts-parleurs diffusent. Partout des horloges à diodes rouges nous rappellent qu'on vit au rythme de la grille de programmes. Nous nous attardons à bavarder autour de la machine à café, point de ralliement.
La porte d'un bureau s'ouvre, c'est le très tonique Bernard Médioni qui vient de finir de rédiger sa chronique et rejoint le second studio pour enregistrer à cette heure tardive sa rubrique Cinéma qui sera diffusée demain matin. Il se donne avec une énergie et un humour décapants en se lançant même dans l'imitation et le chant; plus qu'un critique, un homme orchestre à lui seul ! Sa chronique cinéma est diffusée chaque mercredi à 6h54, mais aussi le samedi à 9h54... et sur le web bien sûr où elle est disponible pendant deux mois.

















Mais Marielle Gaillard, la directrice de la communication, nous a rejoints. C'est l'occasion de parler aussi des aspects bien matériels. Comment une radio associative, donc quasiment sans publicité, peut-elle fonctionner au quotidien ? Eh bien comme partout ailleurs dans l'Église, en s'associant des professionnels (une équipe dirigée par un journaliste venu de la presse écrite, Bruno Courtois), et des bénévoles (qui doivent aussi apporter leur forme de "professionalisme"), et des hommes d'Eglise (c'est le vicaire général de Paris, Mgr Jean-Yves Nahmias, qui préside la radio). Le budget annuel de la radio est de l'ordre de 2,7 Millions d'euros dont 80% sont apportés par les dons généreux des particuliers ou des entreprises qui bénéficient à ce titre de réductions d'impôts très substancielles, les 20% restants proviennent des recettes publicitaires et des partenariats.

Qui sont les auditeurs de Radio Notre-Dame ?  Outre leur nombre déjà rappelé, avec une durée moyenne d'écoute d'une heure trente, ce qui nous a frappé c'est que 50% des auditeurs ne sont pas des "pratiquants réguliers" et que même 15% se déclarent sans religion. Radio Notre-Dame = Radio Missionnaire ? Il y a certainement de cela aussi.

Nous qui, avouons-le, en poussant la porte du 11 rue Rosenwald avions une image bien floue de Radio Notre-Dame, avons découvert une radio particulièrement active, créative, spirituelle bien sûr, ouverte sur le monde, accueillante, proche de ses auditeurs et au-delà des stéréotypes, riche malgré ses moyens limités d'une diversité d'émissions et sujets dans laquelle chacun saura trouver les ondes qui lui parleront. Alors... à vos transistors sur 100.7  !... ou bien à vos souris en suivant le lien  ?   ;+)

Philippe Th

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard