Le Petit Cephalophore

vendredi, octobre 09, 2009

Le sondage de l'été : qu'attendons-nous de nos prêtres ?



Merci à la cinquantaine (55 exactement...) de paroissiens, qui, à l'occasion de cette année du prêtre, a bien voulu répondre cet été à ce sondage, par mail ou par courrier.

Outre la rapide et nécessairement subjective analyse de ce sondage à paraître en octobre sur papier, nous vous proposons de vous faire votre propre opinion à partir des résultats bruts que nous publions ci-dessous.

C’est un beau portrait du prêtre que nous donnons à travers ce sondage : d’abord homme de Dieu, mais aussi homme d’écoute, confesseur plus que prédicateur, homme de charité et de sagesse (plus que de savoir). Il est aussi perçu comme missionnaire et ami des pauvres. A la fois semblable et différent des autres baptisés, il n’est jamais inaccessible. (Les 2/3 des sondés ont déjà reçu un prêtre chez eux, les 2/3 des autres le souhaitent. Une grande disponibilité dont nous sommes conscients et heureux.) Bref une image du Christ serviteur qui dépasse le seul ordonnateur de sacrements et ne se réduit pas au gardien de traditions perdues.
Nous sommes satisfaits de nos prêtres dont nous n’attendons rien de plus que ce qu’ils font déjà, si ce n’est des homélies plus accessibles à tous ou au contraire plus « soignées »…
Nous sommes aussi contents de nous-mêmes et de la place que nous occupons légitimement dans la mission de l’Église, laquelle consiste principalement à seconder les prêtres, notamment dans la catéchèse. (Oserais-je ajouter, sans trop de malice, que beaucoup de ceux qui estiment que les laïcs doivent "les seconder davantage" ne participent à aucune activité paroissiale ?)
Étonnamment, la quasi unanimité des sondés souhaite que le prêtre joue un rôle dans la société civile, en tant que témoin et "porteur de sens". Rares sont donc ceux qui pensent que la laïcité impliquerait la discrétion voire le silence des prêtres. Mais quand à la question quelle est sa place dans la Cité ?, on répond largement un repère, un guide, un témoin, cela sonne plutôt comme une espérance que comme une réalité de la société française...
Ce que nous avons reçu de nos prêtres ne nous a pas souvent déçus : au-delà de l’enseignement et des sacrements, c’est l’écoute et le conseil dans les moments difficiles que nous privilégions. Un côté "affectif" dans notre relation au prêtre qui a pu parfois douloureusement manquer. Certains déplorent l’absence de réponses à de nombreuses questions. Sans doute faut-il les poser de nouveau ?
Les 3/4 d’entre nous disent prier, au moins épisodiquement, pour les vocations et les prêtres. La 1/2 prie régulièrement : pas mal, mais peut mieux faire ? Il apparaît aussi que seule la moitié d’entre nous verrait un enfant, voire un fils unique, entrer dans les ordres. On soupçonne plus d'enthousiasme s’il s’agissait d’un ami !
Questions dites "polémiques" : le célibat des prêtres et le rejet du sacerdoce des femmes. La moitié des sondés les estime fondés, l’autre non ou admet manquer de connaissances pour se forger une opinion. Quant aux fondements invoqués, ils ont généraux, quelquefois erronés. Aucun texte du Nouveau Testament n’a été cité et discuté (1 Cor. 7, 32 ?), mais on oppose principalement les arguments de l’engagement total de la personne et les figures exemplaires du Christ et des apôtres d’un côté, à la « liberté » de faire "ce que l’on ressent" afin notamment d’éviter le pire (les crimes sexuels), et aux exigences de la "parité homme-femme", de l’autre.
Peut-être l’année du prêtre pourrait-elle être l’occasion de réfléchir plus profondément à ces questions et de rendre grâce plus intensément pour les prêtres que Dieu nous donne et nous donnera encore ?
Dominique T.



Résultats du sondage réalisé
auprès des paroissiens de Saint-Denys

Qui êtes-vous ?
- Homme 12 / Femme 32 / Sans réponse 11/ Couple [!] 1
- Age : -15 ans: 0 /15-25: 0 /25-35: 2 /35-45: 14 /45-55: 5 /55-65: 6 /65-75: 12 /+75ans: 10
Sans réponse: 6
- Baptisé? Oui : tous (sans réponse : 1) dont "une convertie"
- Clerc : non / laïc : tous (sans réponse : 2)
- Célibataire 10 / marié 23 / « pacsé» 0 / veuf 6 / divorcé 5 /concubin 2 / Sans réponse 9
- Écolier / collégien / lycéen / salarié ou autre 26 / sans profession 3 / chômeur / retraité 19 /
Sans réponse 6
- Participez-vous à la messe de manière : régulière 46 / occasionnelle 4 / rarement /
Sans réponse 5
- Participez-vous à une activité paroissiale ? Oui 25 / non 25 / Sans réponse : 5
- Un prêtre est-il déjà venu chez vous ?
Oui 36/ non 15.
Si non, le regrettez-vous ? Oui 7/ non 4/ Sans réponse 4
Le prêtre le souhaite-t-il ? On ne sait pas. Peut-être faudrait-il faire passer le message. 
A quelle occasion un prêtre vient-il chez les paroissiens ?

Pour vous, qu’est-ce qu’un prêtre ?
(Une note a été donnée de 1 à 10 ; * marque coché sans note)
Un baptisé comme les autres
5+0+1+10+10+8+1+7+9+1+0+1+1+10+1+1+8+1+4+1=(80)
Sans réponse 26

Pas comme les autres
2+7+7+10+1+0+3+6+7+**+9+10+9+9+10+1+10=(95 +2*)
Sans réponse 29

Un homme de Dieu
10+2+8+10+**+5+10+8+*+**+10+10+*+1+8+*+10+10+*+9+**+10+
+10+10+10+10+10+10+10+10+10+10+1+10+10+10= (242+10*)
Sans réponse 10

Un pasteur
5+3+10+7+10+8+*+*+1+10+7+3+10+*+8+*+**+10+1+8+8+8+6+9+
+0+2+9+3+2+10= (164+6*)
Sans réponse 17

Un serviteur
8+ 9+7+3+10+8+7+7+10+*+2+5+1+ 9+*+10+4+1+0+8+8+8+
9+10+8= (157+2*)
Sans réponse 23

Un dispensateur de sacrements
1+8+1+2+10+10+*+10+9+*+4+6+8+*+9+*+1+10+10+9+10+9+8+9+
5+1+1+4= (140+4*)
Sans réponse 20

Un prédicateur
10+5+5+8+6+7+*+1+9+**+10+5+7+9+9+9+8+5+7+9+1+10+6+8
= (154+3*)
Sans réponse 24

Un guide
10+8+7+4+10+5+8+9+8+5+*+8+***+9+*+10+6+9+9+10+7
+7+8+10+4+8+8= (168+5*)
Sans réponse 16

Un gardien des traditions
5+ 5+1+3+*+7+1+*+5+1+0+1+5+5+8+8+10+8+
6+10+3+7+3= (102+2*)
Sans réponse 25

Un homme d’écoute
10+6+8+8+5+5+10+*+2+8+***+7+*+6+10+*+10+9+9+*+10+10+8+9
+9+10+3+8+3+5+10+9+4+9+8=(228+7*)
Sans réponse 11

Un missionnaire
10+ 4+9+5+10***8+7+5+10+5+9+*+10+10+9+9+9+9+9
+7+8+10+8+8= (180+4*)
Sans réponse 21

Un ami des pauvres
5+10+10+5+ 6+10+3+8+8+7+*+8+5+5+**+9+*+10+
10+8+8+10+6+9+10+9+8= (178+ 4*)
Sans réponse 21

Un confesseur
10+7+10+10+8+2+5+10+4+10+10+7+5+8+9+10+10+2+8+
5+9+10+8+6+6+10+9+9+8= (212)
Sans réponse 19

Une aide
10+8+ 8+10+ 3+10+1+*+5+9+6+5+*+9+*+9+*+10+0+9+10+10+
5+4+10+8+6= (143+4*)
Sans réponse 22

Un homme inaccessible
0+0+1+1+1+1+1+5+0+2+0+1+0+8+0+1+3+0+1+1= (27)
Sans réponse 29

Un homme de savoir
10+2+7+7+*+8+3+5+6+8+*+10+8+10+10+3+
10+10+10+7+7+9+7= (154+4*)
Sans réponse 23

Un homme de sagesse
10+5+8+8+7+10+*+5+6+10+6+*+10+8+*+10+8+*+9+**+10+10+4
+10+10+10+4+7+10+10+5+8+8= (202+6*)
Sans réponse 14

Un homme de charité
10+10+10+3+6+*+10+5+8+*+*+9+7+*+9+8+*+10+5+*+9+**+10+
10+10+10+10+2+5+2+10+3+9+7= (215+8*)
Sans réponse 13

Voulez-vous donner votre propre définition du prêtre ? Un prêtre, c’est :
Un homme habité par le Seigneur qui nous transmet son Amour dans les sacrements et aussi dans son comportement.
La voix du Seigneur, la remise des péchés.
Un homme qui dit oui pleinement à Dieu. qu'ils cessent de dire que toutes les religions se valent, et affirment de manière plus ostentatoire le Christ comme seul et unique sauveur.
Un serviteur de Dieu auprès des hommes.

Un homme qui est proche de Dieu et disponible pour tout le monde.
Un homme qui a reçu un appel à la vocation sacredotale.
Un représentant du Christ dans l'Eglise qui dispense les sacrements.
L'homme de l'eucharistie, parce qu'il la célèbre mais aussi parce qu'il est un homme donné, "pain partagé pour tous" ministre de l'amour dont Dieu nous aime.
Un ami signe vivant par son sacerdoce de Jésus au milieu de nous
Un éducateur de la foi, un homme d'humilité, témoin privilégié de la vie éternelle.
Un maillon entre notre Dieu trinitaire et nous. Un passeur spirituel.
De se mettre à la suite du Christ et de faire sa volonté…
Un homme choisi par Dieu afin de témoigner de sa foi en se mettant au service de Dieu et des hommes (2 réponses).
Un missionnaire de l’évangile.
Un homme qui a donné sa vie à Dieu
Un serviteur de Dieu auprès des hommes de son temps.
Quelqu’un qui écoute, qui accueille, qui ne juge pas, qui est ouvert aux autres et qui arrive à être heureux dans sa vie pour éclairer les autres.
Un homme configuré au Christ.
Quelqu’un qui a consacré sa vie pour nous faire connaître le Christ.
Un pasteur et un homme de Dieu.
Le bon berger.
Un homme de Dieu.
Le représentant du Christ sur terre (2 réponses).
Un envoyé du christ.
Un être appelé que j’admire car on attend beaucoup de lui, sa tâche est lourde surtout à l’époque actuelle.
Un homme de Dieu qui me rappelle les « grands principes » de vie avec les autres.
Un témoin, un « raconteur », un « explicateur ».
Un transmetteur.
Un pilier gardien de la paix et rappelant l’amour de Dieu.
Un homme qui s’est consacré à Dieu et qui aide les autres à prendre la mesure de la grâce, telle qu’elle agit au quotidien.
L’espérance, la foi, l’assurance de connaître notre histoire, pour nous chrétiens.
Un ambassadeur de Dieu.
Un homme de Dieu parmi "ses ouailles".
C'est un homme de Dieu qui doit avoir toutes les qualités ci-dessus sauf celle d'être inaccessible.

Celui qui nous donne le Pain de vie que lui seul peut consacrer
Comment répondre ? Il y a plusieurs "catégories" de prêtre... Alors un homme de savoir oui, de communication ancré dans le réel et cependant habité par Dieu. Pacificateur, encourageant.


Qu’attendez-vous de vos prêtres ?
Tout ! 4 / Rien… 0 / Ce qu’ils font déjà : 37 / Davantage 3
Autre 7 : Qu’ils soient tout à tous / le bon exemple/ homélies soignées/ homélies compréhensibles / homélies plus accessibles à l’ensemble d’un auditoire et décryptées pour notre vie actuelle/ des messes plus joyeuses »/ surtout qu'ils ne soient pas "lointains"/ qu'il soit accessible, à l'écoute/ qu'il soit attentif aux paroissiens/ Entre autres, qu'ils soient à l'écoute de nos séminaristes.
/ Sans réponse 6

Les laïcs : doivent-ils les seconder davantage 12 / comme ils le font déjà ? 16/ Sans réponse 21
Sont-ils trop présents dans la mission de l’Eglise ?
Oui 2 / non 43 / Sans réponse 10
Ont-ils leur mission propre ?
Oui 41 / non 5 /Sans réponse 9
Si oui, laquelle ?
Aider les prêtres (6 réponses) puisqu’il en a de moins en moins : liturgie/sermon/enseignement.
Vivre leur baptême et les engagements auxquels il les appelle, chacun selon ses charismes et ses choix.

Aider à créer des activités qui attirent jeunes et moins jeuens dans un milieu chrétien où Dieu n'est pas absent.
Témoigner de leur foi (plusieurs réponses)
Seconder les prêtres dans les tâches d'ordre pratique.
Prêtre, prophète et roi
Soutien complémentaire.
Enseignement et écoute.
Aider le prêtre à maintenir le contact avec « la base » et le « terre à terre ».
Accompagnement actif du clergé.
Catéchisme, actions de charité, animation liturgique + accueil + gestion des finances, des Jam+ catéchèse.
Écouter et donner le bon exemple de charité.
Apporter leur soutien au prêtre et s’effacer devant lui.
Essayer de rayonner dans le monde au sein duquel ils vivent (travail, famille, amis).
Se comporter en chrétiens heureux de l’être.
Auxiliaires de paroisse.
Aide (plutôt matérielle), participation à la vie de la paroisse, témoignage.
Être à leur tour serviteur pour un temps donné en sachant que d'autres peuvent prendre la relève. Il n'est pas bon de rester trop longtemps dans la même mission.
Être le signe de la paternité de Dieu.
Seconder le clergé sans se substituer à lui.

Sans réponse 7

Les prêtres doivent-ils jouer un rôle dans la société laïque ?
Oui  51 / non 2 /1 oui et non ! Sans réponse : 2
Si oui, lequel ?
Auprès des institutions : aumôneries, hôpitaux, armée... S'ils veulent intervenir dans les médias, qu'ils fassent avant du média-training.
Etre visible. Défendre et faire aimer Jésus en n'excluant personne.
Se faire entendre sur l'avortement, les sujets de société (médias, télés), apporter une réflexion (non pas une morale) pour aiser les gens à réfléchir.
Relier le profane au religieux.
Faire entendre l'Évangile malgré les courants contraires (média, publicité...)
Dire qui ils sont et être ainsi missionnaires
Être un signe par leur seule présence et vie consacrée, enseigner à temps et à contre-temps.
Celui de replacer les choses à leur vraie valeur
Gardien des valeurs qui permettent de vivre libres, debout.
Dans une certaine mesure, être un citoyen lambda
Ils doivent être en harmonie avec l'évolution du monde. Ecouter les jeunes.
Témoin (plusieurs réponses).
Présence et concertation avec le tissu paroissial.
La religion doit être présente dans la Cité : participer et être attentif à son temps.
Conseil, éducation spirituelle ou non, lien entre paroissiens, actions dans le quartier.
«Rapporteur» des problèmes des plus démunis/mission en rapport avec l’apostolat seulement.
Citoyen.
Représentant de l’Eglise.
Expression des valeurs lorsque c’est nécessaire.
Aider l’Eglise à comprendre le monde dans lequel nous vivons.
Donneurs de sens.
Faire connaître le Christ.
Prendre la parole pour présenter fermement le point de vue de l’Eglise.
Aider ceux qui cherchent un sens à la vie/témoins des valeurs à vivre et à transmettre.
Porteur d’évangile.
Montrer le chemin vers Dieu.
Par un métier, éventuellement.
Éducation humaine.
Comme ils ont toujours fait.

Si non, pourquoi ?
En dehors des partis, au-dessus.
La démocratie est un équilibre qui s’accommode mal de trop de certitude pour garantir la paix civique alors que la religion ne peut par essence être relativiste
.


A votre avis, quelle est la place du prêtre dans la Cité ?
Avant tout un prêtre.
Un médiateur.
A la fois "citoyen ordinaire" et "personne différente" respectable, qui représente un groupe d'individus s'appuyant sur les mêmes valeurs.
Trop mineure.
Une sorte de missionnaire.
Comme disait une petite musulmane à un prêtre qui venait de lui expliquer ce qu'est une église et un clocher : "je comprends ! Tu es un clocher !"
Chaque homme a sa place. Il doit la prendre et la vivre en toute dignité.
Celui qui rayonne l'amour infini de Dieu.
Sa place est indispensable. Il nous ouvre la parole de Dieu, nous incite à réfléchir sur notre façon d'agir au quotidien, sur le plan professionnel ou privé.
Prêtre et homme.
L'homme qui écoute et qui console .
Essentielle, irremplaçable.
Service de Dieu.
Guide, phare (2 réponses), repère.
Porteur de Dieu, de la tradition de l’Eglise.
Un contrepoids aux décisions des mairies en privilégiant l’aspect humain des choix à assurer.
La place d’honneur s’il présente un signe distinctif.
Missionnaire.
Une présence.
Une sentinelle de l’Invisible.
Responsable de la paroisse.
L’histoire la rend trop discrète, elle devrait évoluer vers plus de visibilité.
Exemple de charité.
Témoin d’une fonction liée au spirituel.
De + en + fondamentale dans une société étouffée dans le matérialisme et l’individualisme mais aussi assoiffée d’absolu.
Importante pour le partage des idées.
Un notable disant le bon sens.
Être au cœur du monde sans être du monde.
Bon citoyen.
Rappeler davantage l’exigence de la justice sociale ; être du côté des "partis du mouvement".
L’Eglise est toujours trop stridente quand elle intervient dans le débat politique. Que le prêtre s’occupe des individus, il a assez à faire.
Grande ! Importante ! Devrait être reconnue et respectée comme dans les autres religions.
Témoigner.


Et vous, qu’avez-vous reçu de vos prêtres ?
Des sacrements et des sermons.
Des homélies qui nourissent notre foi. Ils ont un approfondissemnt de la parole de Dieu intellectuellement et spirituellement que nous n'avons pas.

De nombreux conseils. L'enseignement catéchétique. Personnellemnt le goût du chant, la musique.
Conseils, amitié, direction spirituelle.
Beaucoup. (2)
Compréhension, aide.
Énormément, chacun selon sa personnalité.
De l'écoute, de l'amitié, un témoignage de foi.
Il y a fort longtemps, un prêtre rencontré par hasard (mais je ne crois pas au hasard) m'a aidée, soutenue, éclairée, délivrée de certaines questions restées sans réponse. Trente ans après sa mort, je pense à lui avec gratitude.
D'être le témoignage de ma vie chrétienne.
De m'avoir montré le chemin du ciel.
Conseil, aide, de grandir dans la foi.
Sacrement, écoute, partage, disponibilité.
Lors de circonstances familiales : bienveillante chaleur fraternelle
réconfortante/un soutien.
Un accompagnement dans la recherche/Chaque fois que j’ai fait appel à un prêtre, je n’ai pas été déçue. Dernier souvenir : un bon conseil. Après m’être confiée, alors que j’étais dans le trouble, j’ai retrouvé la force car un prêtre m’a donné la parole juste.
Il y a longtemps
[femme de 55-65 ans],
le catéchisme et quelques sacrements (baptême, confirmation, communion).
L’instruction intelligente, le désir de prier et la joie du partage.
Un témoignage, une écoute.
La grâce de la conversion par leurs mains et la miséricorde.
Avant tout, les sacrements.
Beaucoup, grâce à leur disponibilité.
Énormément, depuis leur simple présence, signe de la bonté de Dieu, leurs homélies, les eucharisties, les confessions, les conseils, les exemples…
La foi.
Tout : 1) témoin du Christ et de l'Evangile 2) le courage et la force par les sacrements et la parole 3) des guides pour vivre l’Evangile.
Une écoute, une lecture de mes propos qui m’a éclairée et fait progresser. J’espérais bien moins que ce que j’ai reçu…
Beaucoup, ils m’aident à grandir dans la foi.
Une certaine confiance pour la vie.
L’écoute, la formation d’un Homme appelé, choisi par Dieu.
L’aide dont j’avais besoin dans des moments cruciaux de la vie.
Des moments de réflexion forts « en intellect et en émotion ».
D’un certain point de vue, tout. Introduction en l’Eglise, accompagnement fidèle et constant.
Enseignement et encouragement.
Une écoute et une sympathique de l’un d’eux. Autrefois, d’un père jésuite, des ouvertures littéraires.
Écoute, parole de Dieu.
L’accompagnement avisé lors du retour de la foi.
Le soutien, le courage, le chemin à suivre, dans les moments les plus durs.
Un approfondissement de ma foi.
De l'indulgence. De l'écoute. De l'attention. Et des prières !

Sans réponse 6

Espériez-vous autre chose ? Non 25 / Oui 4 /Sans réponse 26
Je trouve que l'Eglise pourrait mieux communiquer dans un monde, une société française beaucoup moins chrétienne et souvent anti-religieuse, particulièrement anti-catholique. Mieux expliquer la messe par exemple.
Toujours plus et je prie pour eux.
Une relation de plus long terme que le temps d'un pélerinage, d'une activité, d'une session...

Qu'il y ait parfois plus de joie chez certains prêtres.
C'est déjà beaucoup.
Davantage de pédagogie dans les apprentissages [femme de 55-65 ans]
La foi reçue : comment la mettre en pratique dans notre monde/


Avez-vous été déçu (e) ?
Non 29
...sauf pour la part ordinaire du psychisme imparfait, commune à tous les humains.
Rarement. (2)
J’ai remercié le Saint Esprit qui m’a toujours fait rencontrer le prêtre dont j’avais grand besoin
Non, j’ai pour eux beaucoup d’admiration.
Oui 8
De 8 à 30 ans, lors du sacrement de réconciliation.
Pas à Saint-Denys mais en province. Il est vrai que les prêtres y ont 4 ou 5 paroisses, on peut comprendre la pauvreté de leur comportement.
Surtout par les évêques qui laissent les catholiques se faire insulter dans les médias sans jamais réagir et qui se mêlent à tort de politique et qui sont si tièdes pour défendre Jésus, l'Eglise et ses valeurs.
Oui, déception face à des prêtres trop peu "humains", ne sachant pas s'engager dans une relation vraie et personnelle, se limitant trop à un rôle ou à une "fonction".
Je n’ai jamais eu de réponses à mes nombreuses questions et je me suis copieusement ennuyée durant les homélies de mon enfance [femme de 55-65 ans].
Quand un prêtre désobéit au pape, au magistère, ou ne répercute pas ses enseignements, ou trop peu ou succombe au cléricalisme.
Oui, mais j’espère...
Peu, si ce n’est par une trop grande acceptation des idées farfelues de notre époque ; pas assez de recherche d’unité dans l’Eglise.
Parfois, par une approche « dispensaire de sacrements ».

Sans réponse 18


Priez-vous ?
Priez-vous régulièrement pour les vocations ? Oui 22 / non 9
/ De temps en temps 14 / Sans réponse 3

pour les prêtres ? Oui 22 / non 8
/ De temps en temps 16 / Sans réponse 3

Questions diverses :

Pensez-vous fondé le célibat des prêtres ?
Oui 31
Sur quel fondement ? (Sans réponse 5)
Ils ont déjà tellement à faire... avec une famille, des belles-familles et les "recomposées", quelle galère...
Il me semble voir chez le prêtre le don total de son être à Dieu.
Il me paraît normal qu'il soit totalement consacré à sa vocation ; il me semble que cela le rend plus disponible à Dieu et aux autres.
La disponibilité pour Dieu et l'Église doit être totale et non partagée avec une famille.
Même si le célibat ne semble relever que d'une discipline ecclésiastique et non fondé plus profondément, il y a conformité au Christ "Comprenne qui pourra"! (Mt 19, 12).
Un prêtre est un pasteur qui a une immense "famille" autour de lui. Il ne peut "réduire" sa vie à celle d'un homme marié.
La disponibilité. Le prêtre est consacré. Toute sa vie est pour Dieu. Cependant, si un prêtre ne pouvait plus tenir dans le célibat, je pense qu'une dérogation pourrait lui être accordée, sans quitter le Ministère.
La tradition apostolique.
Le don de la personne à l'Église. Agir au nom du Christ.
Les Ecritures.
Jésus était célibataire, ce qui, déjà à son époque, n’allait pas de soi. Le célibat recentre la personne sur l’essentiel…
Fondé, oui, mais pour fréquenter les églises orthodoxes avec ma meilleure amie, je trouve formidable que leurs prêtres puissent avoir une famille, le vivre pour encore mieux nous comprendre et nous guider.
C’est une marque d’engagement fort et d’amour pour Dieu. Mais il disqualifie l’Eglise pour parler en matière de morale sexuelle et de sexualité.
Pour éviter la hiérarchie héréditaire familiale vers l’an 1000, dit-on ! Homme de Dieu, pour être libre d’esprit sans parti pris.
Don total d’une vie au Christ.
Pour la tâche immense qui les attend, il faut tout abandonner.
Sur les Évangiles et sur l’expérience historique de l’Eglise.
Il est fondé sur l’exemple du Christ mais non indispensable en soi : des apôtres étaient mariés !... et des prêtres sont mariés en Orient, y compris catholiques fervents et martyrs (on les oublie trop ici…). « Pour vivre le mystère » disent-ils. Mais dans notre Occident érotisé, on comprend l’exigence du célibat et sa haute convenance de toute façon.
Être tout à tous.
Don total, expression de la sincérité de la vocation du prêtre.
Disponibilité du prêtre pour être au service des autres et de Dieu.
La disponibilité.


Non 13
Sur quel fondement ? (Sans réponse 3)
Je m'interroge là-dessus. Certes, se consacrer à Dieu est si prenant que c'est peut-être exclusif. Mais le mariage des prêtres permettrait à l'Eglise d'être plus en phase avec la société, plus crédible sur la sexualité sur laquelle elle est si mal comprise, si attaquée. Les vocations seraient multipliées par 100. Saint Pierre n'était-il pas marié ?
Je ne suis pas pour le célibat des prêtres.
Le célibat fut ordonné pour des raisons économiques [sic]. Sa vocation ne l’empêche pas de partager également sa vie avec une femme et des enfants. Il y aurait moins de frustration et de pédophilie.
Je ne comprends pas cette obligation du célibat. On devrait leur accorder la liberté du choix [souligné dans le texte]. La situation actuelle me paraît « hors nature ». Trop d’hypocrisie et des affaires navrantes que relèvent les médias.
Solitude et expérience.
Car ce n’est en rien contraire avec les évangiles. [sic]
Aucun des deux n’est adapté.
Je pense qu’ils devraient être libres de choisir.


Sans opinion 8 et 1 « oui et non »
Car trop ignorante sur plusieurs questions pour me prononcer (qu’est-ce qui interdit dans l’évangile le mariage des prêtres ? Le sexe est-il péché ?) Difficile de rapporter des réponses à ces questions. Certains y voient une condamnation de la vie laïque.
Il me semble qu’il serait bien de laisser à chacun la liberté de son choix. D’autre part, comment concilier la vie sacerdotale qui demande une entière disponibilité envers Dieu et les hommes avec la vie familiale qui n’est pas toujours facile à mener surtout pour un ou une catholique ?
C’est une vraie question, un vrai mystère, un jugement n’est pas possible pour nous, mariés.
A eux de choisir selon ce qu’ils ressentent. C’est vraiment personnel.

/ Sans réponse 2

Pensez-vous fondé le rejet du sacerdoce des femmes ?
Oui 29
Sur quel fondement ? (Sans réponse 3)
Jésus a appelé des hommes à sa suite. Les femmes ont un rôle complémentaire mais différent.
Ce n'est quand même pas une question essentielle...

Le Christ a suivi Marthe et Marie pour ressusciter Lazare, mais il n'a dit a aucune femme "viens et suis-moi". La Vierge suivait le Christ en tant que mère de Dieu.
Parce que le prêtre représente le Christ qui est masculin. Pour moi c'est un problème d'identité sexuelle.
La femme n'est nullement inférieure à l'homme mais le modèle du prêtre c'est le Fils unique de Dieu, Jésus.
Un fondement anthropologique. L'être au monde d'un homme et d'une femme (et leur rôle) ne sont pas identiques, même si aujourd'hui toute différence est niée. Qu'il y ait des femmes "gardes suisses" (comme il en est question !) ou des femmes prêtres, ce n'est pas tout à fait pareil.
Elles ont déjà tant de rôles à remplir.
Jésus a choisi 12 hommes comme apôtres. De plus, la femme serait déstabilisée par un aveu grave en confession. La femme est plus affective et moins objective devant les évènements [écrit une femme]

Leur rôle est celui de la maternité.
Le rôle de prêtre correspond-il aux femmes ? Je crois qu'elles ne sont pas demandeuses.
La Cène
Je ne suis p.as pour le sacerdoce des femmes.
Ne mélangeons pas les rôles. Le prêtre est une présence du Christ, « icône du Christ » selon l’expression du pape.
Égalité ne veut pas dire uniformité.
Le choix des apôtres.
Sur les Évangiles et sur l’expérience de l’Église.
Les apôtres étaient des hommes. Hommes et femmes, les vocations sont différentes. Mais cela nécessite de revoir complètement le fonctionnement de l’Église pour que les femmes puissent participer à la conversion de l’Eglise pour qu’elle s’inculture dans le monde actuel.
Parce que le Christ ne leur a pas donné ce rôle.
Parmi les apôtres, Jésus n’a pas désigné de femmes mais elles sont constamment présentes dans l’Église.
L’imitation de Jésus.
Parce que Jésus a choisi ses apôtres et disciples [sic] parmi les hommes. Chacun a son rôle, aussi utile et respectable.
5 raisons trop longues à exposer en une ligne…
La tradition apostolique. Jésus (et ses apôtres) étaient des hommes. Bien sûr, s'ils revenaient aujourd'hui, les choses seraient différentes...


Non 13
Sur quel fondement ? (Sans réponse 4)
A vrai dire, je n'y ai pas beaucoup réfléchi. Les femmes font tellement en étant ce qu'elles sont : mères, épouses, généreuses. Ce serait l'idéal. Toutes ne sont pas concernées.
Uniquement à cause de l'importance quasi nulle donnée aux femmes pendant des siècles. L'habitude a fait la loi.
Le célibat.
Si elles se sentent appelées au sacerdoce, pourquoi leur refuser ?
J’aimerais justement connaître les raisons pour lesquelles l’Église rejette le sacerdoce des femmes, surtout en cette période de crise.
La vocation n’est pas une question de sexe.
Car ce n’est en rien contraire avec les évangiles [sic].
Une approche différente dans beaucoup de domaines.
A l’instar de la société civile, à la recherche d’une parité entre hommes et femmes dans les fonctions et les responsabilités.
A l’époque de Jésus, les femmes avaient le droit de prêcher [sic] et Jésus ne l’a jamais interdit.
Je vois mal en quoi une femme ne pourrait pas accomplir exactement la même tâche.


Sans opinion 8 (et 1 « oui et non »)
Je pense qu’elles devraient être libres de choisir.
/ Sans réponse 7

Auriez-vous aimé voir votre fils unique devenir prêtre ?
Oui 28 / non 5 /sans opinion 15/ c’est mon cas ! 0
/ Sans réponse 8
Un de vos enfants ? Oui 30 / non 2/ sans opinion 11/ c’est mon cas ! 0
/ Sans réponse 12
Un frère ? Oui 29 / non 1 / sans opinion 12/ c’est mon cas ! 3
/ Sans réponse 10
Un ami ? Oui 38 / non 1 / sans opinion 6/ c’est mon cas !2
/ Sans réponse 8

Souhaitez-vous exprimer quelque chose en particulier ?
Oui. Je n'aurais pas refusé bien sûr la vocation de mon fils unique, mais cela aurait été très dur à accepter. Pas spirituellement bien sûr mais psychologiquement, affectivement.
Il faut une foi extraordinaire pour accepter que son fils unique devienne prêtre.
Rendre grâce pour les prêtres que Dieu nous donne.
Je trouve que l'on devrait davantage prier pour les chrétiens persécutés dans le monde aujourd'hui. Certains prêtres sont assassinés et cela nous est presque indifférent. C'est honteux.
Que Saint-Denys reste telle qu'elle est, une Eglise bien vivante où quelqu'un n'ayant pas la foi, entré pour voir le Delacroix, est happé par l'impression qu'il se passe quelque chose et ait envie de savoir quoi.
Une profonde reconnaissance et admiration pour nos prêtres.
Oui, rendre grâce au seigneur pour les prêtres extraordinaires qu'il a mis sur ma route. Lui demander, si c'est sa volonté, de me donner la grâce d'une amitié profonde avec un prêtre.
Vous remercier pour le questionnaire.
[Merci à vous !]

Ce questionnaire est une excellente idée... J'espère que vous avez l'intention de lui donner une suite pendant l'année du prêtre. Réfléchir au célibat consacré, par exemple ?
J'aimerais tellement que les homélies soient toutes audibles "compréhensibles".
Je souhaite que nos prêtres soient saints dans la sainteté de Dieu.
La paroisse de Saint-Denys est très vivante, accueillante. La parole de Dieu est présente par la voix des prêtres. Il faut qu'il y ait davantage de jeunes dans nos églises, le travail à faire est vraiment là.
Que chacun réfléchisse à son rôle et dans l'humilité accepte celui que son baptême lui a conféré. Que les prêtres restent ce qu'ils ont reçu le jour de leur ordination qui les configue au Christ.
Que les homélies soient courtes, structurées et non improvisées : pitié pour ceux et celles qui rentrent pour la première fois dans une église... pour les pauvres petits loups, scouts, jeannettes écroulés de fatigue et d'ennui... ce qui est resté à la maison attend : travaux, soupe sur le feu etc...
Merci.
Un remerciement pour tout, en communion dans le Christ.
On a de la chance à Saint-Denys, une très grande chance.
Je prie pour que l'Église dont nous faisons partie se convertisse pour nous apprendre à tous à mettre en pratique la véritable charité.
L'Église devrait désormais appeler plus explicitement.
Essayer par notre amitié d’entourer les prêtres au maximum.
Qu’en France, on soit moins «gallicans» ; et qu’on vive vraiment «Fides et Ratio», en revenant aux maîtres pour la formation… (sans flirter avec le fidéisme, et/ou l’activisme, faute de vision de sagesse). Et pourquoi ne pas envisager à Saint-Denys-du-Saint-Sacrement une adoration perpétuelle ?? selon la recommandation du pape et dans l’esprit du saint curé d’Ars ?? L’évangélisation avance là où il y a adoration.
Nos enfants ne nous appartiennent pas, ils nous sont confiés
[ à propos des vocations ].
Oui, je n’ai que peu d’expérience des paroisses mais j’ai le sentiment que cette paroisse est vivante. Elle propose beaucoup d’activités (concerts, cinéma, repas, Journées d’Amitié, randonnées) qui permettent aux gens de se retrouver et de donner de la cohésion à cette communauté.
Je suis heureuse qu’il y ait des séminaristes à Saint-Denys.
Que les prêtres puissent s’appuyer sur les paroissiens qui doivent se rendre disponibles…
Un prochain concile devrait faire évoluer le statut du prêtre, lui permettre l’amour féminin sexuel, dans le mariage. Car la situation actuelle de cette énorme Église, dirigée, animée, par une hiérarchie de célibataires ne me paraît pas normale (insuffisamment convaincante).
Bon courage et plus d’ouverture de la part de l’Église qui oublie parfois les bonnes paroles de Jésus et lui en attribue d’autres.
[?]
Cela ne s’y prête pas tous les jours mais l’organiste ne doit pas s’interdire de jouer des musiques plus gaies. Je garde toujours en moi 10 ans après le souvenir de la joie de chanter ma foi que j’ai connue pendant une messe [sic] à Harlem à l’église de Martin Luther King.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard