Le Petit Cephalophore

lundi, octobre 06, 2008

Portrait de notre nouveau vicaire : Florent Urfels

Le père Florent Urfels est né voilà 35 ans à Saint-Etienne, benjamin d’une famille de cinq enfants. (Il n'a plus que ses deux soeurs aînées aujourd'hui : l'une est médecin à Bordeaux, l'autre travaille au service de l'aumônerie à Orléans.) Il passe son enfance dans une petite ville de la région stéphanoise, qu'il quitte à 12 ans quand la famille s’installe à Lyon. En 1990, après son bac, il "monte" à Paris et obtient son doctorat en mathématiques. Puis il part pour Bordeaux accomplir un service militaire peu épanouissant au Service de Santé des Armées. Principalement chargé de la maintenance, il lâche quelquefois son balai pour enseigner les statistiques aux officiers de la Marine...
Revenu à la vie civile, il prend une année sabbatique pour réfléchir à la vocation religieuse. Il contacte alors le diocèse de Paris, cette ville où il avait "trouvé une foi adulte" lui qui n’avait vécu qu’une "foi implicite" durant l’adolescence, au temps où il ne fréquentait l’église que pour les grandes fêtes. L’aumônerie étudiante avait été pour lui un lieu de refuge apte à combler la grande solitude du chercheur. La messe hebdomadaire lui était apparue alors comme "un pôle d’équilibre" et il avait découvert, à travers les homélies, "que la foi est intelligente". En effet, la catéchèse qu'il avait reçue enfant, dans les années 70, portait la marque d'une Eglise plus soucieuse de son engagement social que du contenu de la foi. "A 18 ans, je ne savais rien. J'étais très ignorant". Il avait lu alors avec bonheur le Catéchisme de l’Eglise Catholique.
Mais Paris, c’est aussi la figure rayonnante du cardinal Lustiger et un séminaire dynamique. "Les vocations appellent les vocations". Dépourvu de tout ancrage paroissial, le jeune diplômé est envoyé pour un stage de six mois à Saint-Jean-Baptiste de la Salle. Logé au presbytère, il partage la vie des prêtres et occupe les fonctions de secrétaire paroissial, en charge de l’accueil. C’est une nouvelle découverte. Il est frappé par la grande diversité des visiteurs, par cette vocation qu’a l’Eglise à "l’accueil inconditionnel de chacun. Tous les degrés de sainteté sont présents pour former une communauté". Lui qui s’imaginait en penseur jésuite ou dominicain change de cap : il veut "goûter l’identité spirituelle d’une paroisse", devenir prêtre en paroisse. Il entre alors à la Maison Saint-Augustin pour une année dite "propédeutique" de "fondation spirituelle". Il se familiarise alors avec la Bible (qu'il lit entièrement) la liturgie, la prière personnelle avec l'aide d'un père spirituel. Il vit aussi l'expérience d'un mois de service auprès des "pauvres" : malades, sans-abris. Les exercices spirituels d'Ignace de Loyola lui permettent d'affermir sa vocation. La vocation, dit-il, "c'est un mystère pour la personne et pour l'Eglise. L'évêque doit accueillir la vocation et donner les moyens de discerner la réalité de l'appel. Il faut s'en saisir et devant Dieu déchiffrer honnêtement sa volonté pour en faire part. La tradition spirituelle de l'Eglise a bâti des moyens éprouvés pour ce déchiffrement. On apprend alors ce qu'est la liberté chrétienne. Mais l'évêque est dans l'obéissance face à Dieu. On comprend ce qu'est le discernement, pourquoi il faut du temps et des étapes..."
Il part alors pour 5 ans à Bruxelles afin d'approfondir ses connaissances en philosophie et en théologie. Ordonné diacre à Paris en 2006, il rejoint ensuite le Séminaire français de Rome et fréquente assidûment la Grégorienne, la très réputée université pontificale jésuite, pour y préparer sa licence de théologie. En 2007, il est ordonné prêtre à Notre-Dame de Paris, puis retourne à Rome y achever sa licence. Un an plus tard, le voici à Saint-Denys, avec un gros appétit de vie paroissiale. "Je suis très content d'être en paroisse. Dans la pastorale, même très ciblée, le prêtre déploie à chaque fois son ministère. En paroisse, il fait tout : il y a quelque chose de l'essence de l'Eglise donc de l'essence du prêtre qui se donne". L’évêque lui a confié une double mission : être vicaire à temps partiel (il sera notamment en charge du KT des CM1 et des Scouts) et obtenir son Doctorat en Théologie. Il travaille donc à la rédaction d'une thèse sur la question du rapport des deux Testaments, en s'appuyant sur l'Epître aux Hébreux (1).
Père, bienvenue dans votre première paroisse : elle vous est reconnaissante du don que vous faites de votre vie à Dieu et à l'Eglise et vous accueille à bras ouverts ! 
Dominique Th.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard