Le Petit Cephalophore

vendredi, février 15, 2008

"J'étais un étranger et vous m'avez accueilli"



Laurence était Secrétaire Générale d’une entreprise quand elle a mis fin à son activité professionnelle pour motifs familiaux. Depuis quatre ans, elle œuvre au Secours catholique, à l’accueil des migrants.

« J’étais disponible - d’autant que nos quatre enfants grandissent - avec la volonté de mettre en œuvre l’enseignement du Christ. Une parente, active au Secours catholique de Paris, m’appelle à la rejoindre et me voilà embarquée… Cinq entretiens plus tard - pour discerner mes domaines d’action - mes compétences juridiques me conduisent à l’accueil des migrants. Pour vivre, en somme, la parole du Christ : "J’étais un étranger et vous m’avez accueilli" (Matthieu, XXV, 35 ).

Je reçois les migrants une matinée par semaine, mais je leur consacre au moins deux journées, tant ce bénévolat est prenant, tant il prend aussi au cœur.
Il y a, bien sûr, beaucoup d’assistance administrative - migrants en situation irrégulière, ou régulière mais égarés dans les difficultés professionnelles, familiales ou de logement… Souvent, on ne peut pas faire grand chose, de moins en moins même. Mais nous offrons notre écoute, quand personne ne leur parle. Et les plus égarés ne sont pas forcément les plus récemment arrivés, mais ceux qui sont là depuis 10-15 ans, qui vont de foyer en foyer, de petit boulot en petit boulot, déracinés et sans plus d’espoir…
Plus que d’aide directe, il s’agit de faire rayonner la charité du Christ, pour les aider à se remettre debout, à trouver une issue pour leur vie, une espérance. Nous les suivons souvent 2 à 3 ans, en les accompagnant dans leurs démarches auprès des différentes administrations pour leur trouver un avocat, rédiger des courriers, obtenir des rendez-vous…

On peut toujours dire des généralités sur la fermeture protectionniste des frontières et les expulsions… mais quand tu es face à un migrant, il est avant tout un homme ! En tant que chrétienne s’efforçant de vivre sa foi, ce n’est pas à moi de juger. Juste de l’aider.

Un étranger, tout homme, de toute culture ou religion, l’accueillera bien sûr, par humanité. Mais pour nous, chrétiens, c’est un véritable devoir, un élan du cœur qui découle de notre fidélité à l’enseignement reçu du Christ
».


Propos recueillis par Jean-Louis B.B.
Photo : Laurence, dignement drapée dans la Charité, offre des crêpes aux passants pour fêter Mardi Gras.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard