Le Petit Cephalophore

jeudi, septembre 28, 2006

Réponses au questionnaire sur la mission à Saint-Denys


Nous avons été 178 à répondre au questionnaire… ce qui est relativement peu. Les plus "mauvais élèves" étaient à la messe de 11h, où 1 paroissien sur 2 seulement a remis sa copie.
Quoi qu’il en soit, on peut tirer quelques enseignements de ce modeste sondage, encore que rien ne soit véritablement surprenant dans nos réponses.

La population de Saint-Denys :
Apparemment, nous arrivons à un bel équilibre homme/femme.
Le gros des troupes (un peu moins des 2/3) a entre 30 et 60 ans , un petit tiers est à la retraite, et le reste (!) est encore élève ou étudiant (17 sondés seulement…).
Un tiers des adultes est célibataire, les deux tiers sont mariés. (Très peu de divorce, veuvage ou concubinage).
Ces chiffres sont d’autant plus approximatifs que 40 sur 178 n’ont pas donné de réponses précises…

Les bonnes volontés :
25% des sondés participent à une activité paroissiale (il faut dire que nous sommes gâtés, la liste est longue…). Beau chiffre.
Nous sommes vivants.

Le choix des messes :
Nous avons recueilli une trentaine de réponses par messe pour les samedi soir, dimanche à 9h00 et dimanche soir, contre 90 pour la messe de 11h00. Ces "paroissiens de 11h00" sont le plus fidèlement attachés à « leur » messe, les autres papillonnent davantage. Ce sont en quasi totalité des gens du quartier.
Le choix est guidé largement par des "commodités d’horaire" mais aussi par la "beauté de la liturgie" et l’"ampleur de l’assemblée" à 11h00.
Surprise : les homélies pour enfants et la garderie des tout-petits n’attirent que 2% des sondés !

Ce qui nous réjouit à Saint-Denys :
Un peu plus d’un quart des sondés ne répond pas (ne se réjouit pas ?).
Mais chez les 3/4 restants, la joie n’est pas feinte. On se réjouit d’abord et surtout de l’ambiance fraternelle qui règne dans la paroisse, mais encore de la qualité spirituelle, de celle de notre clergé et de celle de la liturgie. Nous rendent joyeux aussi la présence des séminaristes et la beauté de notre église dont on vante la "lumière".

Ce que nous regrettons de ne pas y trouver :
114/178
n’ont pas répondu à la question, donc ne regrettent rien !
Les seuls regrets sont ceux de l’Eglise de France en général : regret de n’être pas plus nombreux à répondre à l’invitation divine, regret de ne pas y voir plus de jeunes…
En revanche, quelques souhaits spécifiques ont été exprimés, tels que :
- une messe en semaine à 19hoo (mais il y a les vêpres !)
- plus de temps d’adoration du Saint Sacrement proposés aux fidèles
- une mise en place de l’accueil des "nouveaux" par les "anciens"
- une annonce des baptêmes, mariages et décès de la semaine en fin de messe

Qu’apportons-nous à notre Eglise ?
(C’est évidemment une question désagréable à laquelle 50% des sondés préfèrent échapper…)
Nous apportons, d’abord, notre présence, notre prière, notre joie, notre fidélité. Nous apportons aussi, par nos divers engagements, un peu de notre temps. Enfin, quelques-uns disent n’apporter "rien … pour le moment" !

Quid de la MISSION ?

Le mot "mission" est très largement "clair" pour tous. Il est aussi "utile" ou "nécessaire", voire "évocateur" mais peut-être encore "à redécouvrir". Bref, nul ne tombe des nues en entendant parler de mission.
La mission , c’est "l’affaire de tout baptisé" : sur ce point, nous faisons chorus ! Idéalement, donc, chacun de nous se sent missionnaire. Mais de quoi s’agit-il concrètement ?
Seule la moitié d’entre nous pense que Paris est devenue un lieu de mission. L’autre moitié se partage entre le "non" et le "ne sait pas". Paradoxalement, nous affirmons que la mission s’adresse à tous, "croyants sur le seuil", "non-croyants" et "croyants pratiquants", enfin dans une moindre mesure à ceux qui confessent une autre religion, s’ils le souhaitent.

Mais qu’est-ce que la mission ? Au fond, nous avons donné de la mission une définition très classique puisque pour nous la mission c’est d’abord "témoigner" de l’amour de Dieu par ses actes et par sa foi, "annoncer" l’Evangile, "enseigner" et "expliquer" la Parole et enfin "prier". C’est "évangéliser" au sens strict, c’est pourquoi la "conversion" ou la "formation" personnelles, l’"aide aux plus démunis" ou encore la "participation à une activité paroissiale" ont remporté peu de suffrages.

Nos prêtres jouent à l’unanimité un rôle particulier (pour ne pas dire moteur) dans la mission de l’Eglise. Leur rôle est prioritaire dans deux domaines principalement : "l’enseignement et l’annonce de l’Evangile" ainsi que "l’administration des sacrements". Viennent ensuite la "présence et l’écoute", puis la "prière". Le "service des pauvres" tient peu de place puisqu’il est cité en dernier, juste après les "contacts avec les incroyants". La mission "prioritaire" des prêtres semble donc de demeurer tournés vers leurs paroissiens, sans doute pour leur donner l’élan missionnaire…

Plus des 2/3 d’entre nous pensent qu'il n’existe pas de spécificité de la mission à Saint-Denys.
Quant à ceux qui la reconnaissent, ils la voient d’abord dans la présence du séminaire, la particularité du quartier avec une forte représentation juive ou homosexuelle ne venant qu’ensuite et finalement, n’intéressant guère.

Comment faire fructifier la mission ?
120 personnes sur 178 n’en ont aucune idée ! C’est évidemment une question plus que difficile…
Le silence qu’elle suscite nous invite à conclure qu’il reste, aux "baptisés-missionnaires" que nous disons être, encore beaucoup à penser et à faire…
Dominique T.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard