Le Petit Cephalophore

jeudi, novembre 10, 2005

Michel-Marie, sacristain, la joie de l’Afrique

Chacun connaît sa silhouette discrète et souriante. Michel-Marie Mukelenge, 54 ans, fêtera lors de ces Journées d’Amitié sa 4ème année de sacristain en notre paroisse. Sacristain, c’est-à-dire, comme il l’expose, « en charge du sacré, pour veiller à ce que la maison du Seigneur soit parfaitement entretenue et que les messes se déroulent bien - chaque geste a un sens dont il faut être conscient - et puis aussi, parfois, assurer la sécurité de l’église ». Une vocation, pour Michel-Marie ? Sans doute pour partie, puisque à Kinshasa, en République démocratique du Congo, son pays, il était responsable de la liturgie et de la chorale de sa paroisse, mais aussi pour son diocèse de la dévotion à Marie, et engagé dans le renouveau charismatique. Mais des circonstances douloureuses aussi, puisqu’en 2000, c’est en tant que réfugié politique (son statut depuis lors), qu’il doit venir en France. Son épouse Jacqueline, qui travaille désormais dans une maison de retraite, le rejoint en 2003, ainsi que 3 de leurs 7 enfants, qu’il espère bientôt pouvoir tous accueillir à Pontoise, où il réside. Surprenant aussi est d’apprendre qu’à Kinshasa il avait ouvert un cabinet de… détective, après un diplôme en criminologie obtenu lors d’études à Lyon. Les voies du Seigneur… Mais précisément, se souvient Michel-Marie, en arrivant en France, « j’avais demandé à la Sainte Vierge d’avoir un travail dans la maison du Seigneur ». La Providence l’a exaucé. Tout naturellement, il s’était aussi rapproché de l’aumônerie catholique congolaise, créant un groupe de prière charismatique d’Africains à la cathédrale d’Évry - où son frère l’avait d’abord accueilli -, puis à Fontenay-aux-Roses et Arnouville. Poursuivant aussi un grand projet, celui "d’unir tous les Congolais de France". Un projet plutôt bien parti, puisque les 26, 27 et 28 août dernier, il a co-organisé à la basilique de Saint-Denis (avec la bénédiction de Mgr Olivier de Béranger, qui a présidé, le dimanche, la messe en rite, et rythme, congolais), la première grande campagne d’évangélisation ouverte à tous les Africains : « Que cherchez-vous ? Venez et voyez!». Près de 2 000 personnes s’y sont pressées chaque jour… Rendez-vous est déjà pris pour l’an prochain. Et quand on demande à Michel-Marie les grandes différences qu’il a observées en arrivant en France, lui vient tout d’abord son premier contact avec notre paroisse…précisément pour les Journées d’Amitié 2001. « C’est que, au Congo, la maison de Dieu est vraiment sacrée, on n’y parle pas, ni téléphone…et c’est vrai que tous ces stands, cela surprend, la première fois. Et puis aussi, chez nous, à la messe, avant la première lecture, on ferme les portes de l’église. Si vous êtes en retard, vous attendez la prochaine ». Mais rassurons-nous, il n’en est pas, encore, question à Saint- Denys…
J-L B-B

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard