Le Petit Cephalophore

lundi, septembre 28, 2015

Maxime Deurbergue, vicaire à Saint-Denys


C’est dans les Alpes qu’est né en 1979 notre nouveau vicaire, d’un père croyant et d’une mère non croyante. « Cela m’a fait comprendre que croire était un choix personnel », précise d’emblée celui qui a vu sa mère ​devenir chrétienne quand il avait 20 ans. Son goût immodéré pour la montagne, il le tient de son père, chasseur alpin. Mais très vite la famille s’installe dans la capitale où sa mère est juge à la Cour de Cassation de Paris, tandis que son père part en mission​s régulières​ dans les Balkans. Maxime, « curieux de tout », fait un parcours scolaire brillant au collège Stanislas. Son bac en poche, le voilà au lycée Henri-IV, en hypokhâgne et khâgne. Il tente Ulm et HEC, réussit les deux et entre à l’École normale supérieure. C’est alors que sa vie bascule : « On m’a découvert un cancer dans la colonne vertébrale. Lors de la première opération, je pouvais devenir tétraplégique. J’ai alors demandé à Dieu de continuer, si cela arrivait,  à trouver la vie aussi belle ». Après une année de traitement lourd, il guérit et poursuit ses études à Cambridge où il soutient une maîtrise puis une thèse sur l’art espagnol. De retour, il enseigne à la faculté d’Histoire de l’art de Paris I, songe à se marier, mais est taraudé par la question de la vocation. Il tranche en entrant au séminaire en 2007 et sera ordonné prêtre en ​2014. A Rome, où il vient de passer deux ans, il a obtenu une licence de théologie et débute à présent une thèse. Il devra y consacrer une partie de son temps, mais compte bien s’investir à Saint-Denys avec la fougue qu’on lui connaît déjà.
Propos recueillis par Sylvie H.


0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 

Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones
Blogues_Catholiques
Rejoindre la chaîne | Liste | Précédent | Suivant | Hasard | Paroisse francophone St-Blogue
Joindre | Liste | Précédent | Suivant | Au hasard